Dire oui à l’Esprit d’Eveil

Un enfant de Bouddha, lorsqu’il reçoit les préceptes s’engage à développer l’esprit d’éveil , à travers ces 4 vœux :

« Innombrables sont les êtres, je fais le vœu de les sauver.
Innombrables sont les passions, je fais le vœu de les trancher.
Innombrables sont les enseignements, je fais le vœu de les étudier.
Insurpassable est l’Éveil du Bouddha, je fais le vœu de le réaliser. »

« Oh là là !!!! le programme est trop vaste ! je n’y arriverai jamais !  »
Voilà la première réflexion qui nous vient en lisant ces vœux. Mais est-ce grave de ne pas réaliser ces vœux totalement ? Doit-on absolument désirer une réussite totale de notre « bouddhéïté » ?
Nous devons plutôt intégrer nos faiblesses pour accueillir l’esprit d’éveil. Nous devons inscrire cette esprit d’Éveil dans le samsâra (autrement dit la vie quotidienne) . Il nous faut tout d’abord reconnaître nos difficultés, les assumer pour mieux les surpasser. Que ce soit ces quatre vœux, ou les dix préceptes de bien, le plus important est leur présence dans notre vie. Même si nous ne sommes pas le Bodhisattva idéal, cet esprit d’éveil doit éclabousser notre vie quotidienne.

Un jour notre enseignant nous a dit : « Le dharma doit nous prendre la tête. ». Je dois avouer que cette expression prendre la tête m’a, quelque peu troublé. « Comment çà me prendre la tête? Je vais être obligé de prendre du paracétamol pour ne pas avoir mal à la tête? Je me prend suffisamment la tête avec le boulot ! ».

Mais au fil des années, au fil des méditations journalières, au fil des participations à des retraites le voile s’est déchiré :
« Oui!!! je reçois cet esprit d’éveil avec joie… Oui il est omniprésent dans ma vie ! Oui j’accepte d’intégrer mes difficultés, mes erreurs pour les transformer. Oui j’accepte de ne plus résister. »

Les mains jointes
sceau-anshu-45-px Henri

Publicités