Prendre refuge dans les trois Trésors

Pour les pratiquants du dharma il est fréquent de renouveler les voeux. Cela peut se faire en particulier lors d’une cérémonie Uposatha (à chaque pleine et nouvelle lune). Après avoir réciter le verset de la repentance :

Toutes les mauvaises actions que j’ai commises dans le passé procèdent de la convoitise de la colère et de la sottise infinies. Nées du corps, de la bouche et de la conscience, je les reconnaient toutes maintenant

Gashaku shozō shoaku go / kai yu mushi ton jin chi / ju shin kui shisho sho / is-sai gakon kai san ge.

nous prenons refuge dans les 3 trésors :

Je prends refuge dans le Bouddha.
Puissé-je, avec tous les êtres, vivre le grand Eveil
et produire la plus haute des aspirations

Je prends refuge dans le Dharma.
Puissé-je, avec tous les êtres,
pénétrer au plus profond des enseignements, cet océan de sagesse.

Je prends refuge dans le Sangha.
Puissé-je, avec tous les êtres,
préserver la grande Communauté de toutes les difficultés.

Namu kie butsu / namu kie ho / namu kie so.
Kie butsu mujō son / kie ho rijin son / kie so wagō son.
Kie buk-kyo / kie ho kyo / kie so kyo.

La prise de refuge dans le Bouddha, le Dharma, le Sangha est le premier acte que nous posons lorsque nous nous déclarons bouddhiste. Prendre refuge ne signifie pas s’abriter pour éviter un danger. Ce n’est pas non plus un échappatoire pour refuser la réalité. Prendre refuge pour un pratiquant du dharma, c’est un acte de foi dans les 3 trésors.

Prendre refuge dans le Bouddha c’est se déclarer son élève, accepter son enseignement pour nous mener  vers le grand Éveil. Nous déclarons ainsi notre aspiration à développer boidaïshin (l’esprit d’éveil).

Prendre refuge dans le Dharma c’est se plonger dans le cercle de la vie  en faisant vœu d’étudier et de vivre l’enseignement du bouddha à chaque instant.

Prendre refuge dans le Sangha c’est accepter  d’aider et  s’appuyer sur la communauté des pratiquants. C’est accepter de suivre la voie du bouddha avec des amis de bien.

Tout pratiquant du dharma peut prendre refuge, il suffit pour çà de le faire sincèrement, sans retenue. Il suffit de se plonger profondément dans ce triple refuge. Ce n’est ni difficile, ni facile, ni aisé, ni malaisé.
Notre enseignant Eric Rommeluère nous a dit un jour : « Le dharma doit vous prendre la tête ! », sur le coup je n’ai pas compris… Après tout je n’ai pas envie d’être obligé de prendre un médicament pour soigner un mal de tête !!!
Après plusieurs mois de pratique et après avoir reçu les préceptes de bodhisattva, j’ai plongé dans le dharma qui a envahi ma vie… la prise de tête n’a pas été si douloureuse 😉

Si on ne reçoit pas les trois refuges, on déchoit dans les trois mauvaises destinées, celles des enfers, des esprits affamés et des animaux. Une fois reçus, si la prise de refuge dans les trois trésors a été faite d’une manière superficielle, on recevra la rétribution mortelle de renaître dans le monde humain. Si elle a été plus profonde, on recevra la rétribution de renaître dans le domaine des dieux. Si la prise de refuge a été réelle, on obtiendra le fruit d’auditeur ou de bouddha-par-soi. Si la prise de refuge a été portée à sa perfection complète, on réalisera le fruit de la bouddhéité dans le véhicule des bodhisattvas. Toutes ces disparités apparaissent selon le degré de profondeur dans la prise de refuge dans les trois trésors.

Jiun Sonja dans le Sanki rieki kaiji – Traduction Eric Rommeluère

Pour en savoir plus sur le rituel de la prise de refuge et sur les bénéfices à recevoir les 3 refuges voir ces pages sur le site Un Zen Occidental.
sceau-anshu-45-px
Les mains jointes