Çà sert à quoi ?

« Maître à quoi çà sert la méditation ?
– Tais-toi et va t’asseoir ! »

meditation_3846236851

Méditation Par Rennett Stowe *

S’asseoir en face d’un mur est une drôle d’attitude. Certains regardent cela avec amusement, voire avec incrédulité. Est-il important de savoir quel est le but ?

Dans le Zen Sôto la pratique de la méditation est sans but, cela signifierait donc qu’il n’y a pas de réponse. Pourtant à y regarder de plus près, ce n’est pas parce qu’il n’ y a pas de but, que s’asseoir est inutile.

Il y a comme un paradoxe dans cette affirmation : « la méditation est sans but, mais pas inutile ». La pratique du zen est remplie de ces étranges contradictions qui ne sont là que pour mieux nous mettre face à un espace sans limites. Que nous soyons jeune pratiquant ou ancien, rompu à l’exercice de la méditation, cette mise en abîme est toujours là. Entendons-nous bien lorsque nous parlons d’abîme, il n’est pas question de vide, mais d’espace infini.

Par la pratique de la méditation nous pouvons voir les choses telles qu’elles sont.

« Dans la Posture de Zazen votre esprit et votre corps ont une grande force pour accepter les choses comme elles sont, qu’elles soient agréables ou désagréables.

Shunryu Suzuki – « Le Zen est juste Ici » – Ed. Almora

La méditation nous entraîne à voir notre propre nature, notre propre humanité. le corps et l’esprit unifiés, oubliés, agissent comme un « non filtre » pour ne plus travestir ce que nous sommes.

« Imaginez : assis face à un miroir, votre visage apparaît automatiquement. Il n’ y a pas d’effort à faire, le miroir fait tout le travail, Vous ne pouvez pas le faire bien ou mal. La pratique bouddhiste zen « juste s’asseoir* » est comme çà. Lorsque nous nous asseyons, notre esprit se transforme en miroir par lui-même. Notre pratique est d’observer et de faire l’expérience de ce qui apparaît à tous les instants ».

Barry Magid – dans le magazine Tricycle

Alors si vous vous posez la question : « Çà sert à quoi la méditation ? », prenez un coussin et asseyez-vous. Faites l’expérience de zazen c’est la condition pour pouvoir ouvrir la chambre aux trésors.

“Si vous poursuivez ces pratiques pendant un moment, la chambre au trésor s’ouvrira naturellement et vous pourrez en profiter pleinement.”

Phrase de conclusion d’un rituel sôtô zen.

* Juste s’asseoir : shikantaza dans le zen sôto

*Illustration Par Rennett Stowe from USA (Meditation) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)%5D, via Wikimedia Commons


Les mains jointes
sceau-anshu-45-px Henri

2017

voeux2

Par ce geste de joindre les mains (Gasshô)

Souhaitons que cette année 2017 puisse être celle du respect, de la compassion.
Souhaitons que chaque être ait la possibilité de s’éveiller à la vie.
Souhaitons que chaque être puisse goûter aux joies de la méditation.
sceau-anshu-45-px Henri

L’Eveil du Bouddha

Le 8 décembre est une date importante pour les pratiquants du dharma. Cette date est celle retenue pour la commémoration de l’éveil du Bouddha sous l’arbre de la Bodhi. Ce jour là le Bouddha Shakyamuni,  assis en méditation,  parvint à l’éveil egrâce auquel tous les humains peuvent obtenir la libération suprême.

Shakyamuni s’assit sous l’arbre de la bodhi avec la ferme décision de ne pas bouger tant qu’il ne parviendrait pas à l’état d’éveillé.

Quoi qu’il advienne de ce corps, que la chair et le sang sèchent de sorte à ne laisser que les os, la peau et les tendons ; puissé-je ne pas me lever de cet endroit tant que je ne serai parvenu au stade de bouddha.

la vie de Bouddha et de ses principaux disciples vénérable Dhamma Sâmi

Pour éprouver cette détermination Mâra* lui envoya ses filles pour le séduire par une danse, mais Shakyamuni restait assis en méditation, déterminé à atteindre l’éveil. Mâra lui envoya alors ses meilleurs guerriers, mais les flèches ne purent atteindre le Bouddha impassible en méditation. La colère de Mâra éclata alors, déclenchant un orage gigantesque. Le Bouddha trempé ne bougea pas.

Monastère de Kopan, vallée de Kathmandu

 

Le tonnerre avait cessé. Les nuages s’écartèrent pour laisser biller la lumière blafarde de la lune et des étoiles.

Gautama sentit s’ouvrir la prison dans laquelle il avait été confiné pendant des milliers de vies. Sa gardienne, l’ignorance, avait obscurci son esprit de voiles épais. Celui-ci, trompé par d’incessantes pensées illusoires, avait faussement divisé la réalité en sujet et objet, en moi et les autres, en existence et non-existence, en naissance et mort. De ces conceptions fausses était née l’illusion d’un emprisonnement dans le piège des sentiments, des désirs insatiables, de l’âpreté au gain, et du devenir. Les souffrances causées par la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort contribuaient à consolider les murs de cette prison. La seule réaction adaptée consistait à empoigner la gardienne de cette geôle, l’ignorance, et à en comprendre la vrai nature. L’unique méthode capable de la vaincre était le sentier des huit pratiques justes. Une fois la geôlière vaincue, la prison disparaissait  d’elle-même, à jamais…/…

En levant les yeux, Siddharta aperçut l’étoile du matin à l’horizon, scintillant tel un gigantesque diamant. Il l’avait observée à maintes reprises. Aujourd’hui, il avait l’impression de la découvrir pour la première fois…

Thich Nhat Hanh – Sur les traces de Siddharta

 

Monastère de Kopan, Bodnath

 

En examinant l’étoile du matin le Bouddha déclara : « Moi et tous les êtres sur la Terre entière avons simultanément réalisé l’éveil. » 

Nous commémorerons cet éveil du Bouddha Jeudi soir, après notre zazen hebdomadaire au jardin de la Vision Pure.

* Mâra est la personnification des passions et des objets du désir

 

Les mains jointes
sceau-anshu-45-px Henri

Le Repas

Dans le zen, recevoir la nourriture est un acte qui requiert toute l’attention.  Au Jardin de la Vision Pure nous avons, à la suite du zazen hebdomadaire, pris un repas dans la tradition zen. Il se fait en silence, dans le dojo. Après avoir récité les stances du repas nous avons pu manger en pleine conscience.

20161119_180141

Nous avons reçu la nourriture en prêtant attention à ce qui est donné, sans jugement, dans un esprit d’ouverture totale. Lors d’un repas en silence tous les goûts sont présents et nous pouvons en prendre soin, y porter toute notre attention. A travers cette attitude nous rendons hommage à tous ceux qui ont contribué aux plats présentés, du paysan qui a cultivé les produits, au cuisinier  qui les a transformés.

Dans les temples zen les moines mangent tous les jours en suivant le rituel des Oryokis, très précis et complexe, pour nous européens.  Au Jardin de la Vision Pure nous avons suivi un rituel épuré et adapté à notre esprit occidental. L’esprit reste le même : manger en étant conscient de cette nourriture qui participe à notre éveil.

Cette manière de manger nous permet de voir le repas, non comme un banal acte de consommation, mais plutôt comme un acte totalement conscient.

Dans notre pays , il me semble que les gens n’accordent pas plus d’importance à la nourriture et à sa préparation que les animaux à plumes et à poils.
C’est tout à fait déplorable ! Pourquoi en est-il ainsi ?

Maître Dogen – Instructions au cuisinier zen

En occident, pratiquants du dharma ou non, nous ne sommes pas obligés de manger à la façon traditionnelle des moines, à chaque repas. En étant pleinement dans la vie de la société nous pouvons néanmoins manger en respectant la nourriture.
Notre regard sur la production des aliments pourrait bien changer  😉

Les mains jointes
sceau-anshu-45-px Henri

 

La justice restaurative

Ce matin Jiun Eric Rommeluère a présenté la justice restaurative à l’émission Sagesses Bouddhistes.

Pour prolonger et approfondir ce qu’est la justice restaurative nous vous proposons :

 

Les mains jointes
sceau-anshu-45-px Henri

Invitation au coussin

Récemment  Frédéric le fondateur du Jardin de la Vision Pure a republié un dessin de ZEM ce moinillon en quête de la voie, je me permet de mettre le lien ici.
Dans ce dessin on peut lire :

« Quand on pratique la méditation, il n’y a pas d’autre issue que de la transmettre. »

Dessin de ZEM (auteur Frédéric Baylot)

Dans le bouddhisme il n’y a rien de plus grand que le don (dâna). C’est pourquoi depuis plusieurs années, nous faisons le don de la méditation zen (zazen) à tous ceux qui veulent. Pratiquant depuis plusieurs années il est important de faire partager notre expérience de la méditation zen avec d’autres personnes. La pratique commune permet à chacun de cheminer et progresser dans la voie qui est proposée par le zen.

Si nous arrêtons le mouvement,
notre esprit deviendra tranquille,
et cette tranquillité, par la suite,
provoquera encore le mouvement.

Shin Jin Mei

Nous ne proposons pas de programme, de leçons, de cours de méditation. Cela ne correspond pas à ce qu’est zazen, la méditation zen. Nous proposons juste de s’asseoir, prendre le temps de revenir à l’instant présent, de revenir à soi.

coussin

Cette invitation est valable tout au long de l’année, il suffit de nous contacter avant de venir au 06 52 85 66 94.

Les mains ouvertes

Sceau Anshu 70 pxHenri

Portes-Ouvertes Méditation

Après les mois d’été où LE JARDIN DE LA VISION PURE a fermé ses portes, les méditations hebdomadaires reprennent à partir du jeudi 8 septembre 2016.

Les méditations sont toujours ouvertes pour les débutants tout au long de l’année, mais nous ferons des Portes-Ouvertes le 8 et le 15 septembre. L’ouverture du dojo se fera 1/4 heure plus tôt afin de pouvoir expliquer la posture aux nouveaux arrivants, avant la méditation. Le programme de ces 2 soirées sera donc :

autel JVP


19 h 15 accueil
des nouveaux arrivants et explication de la posture
19h30 ouvertures des portes pour les habitués
19h45/20h30 méditation (nous ferons 2 fois 20 minutes avec une pause de 5 minutees pour ceux qui veulent au milieu)
20h30/21h discussion autour d’un thé.

Si vous désirez en savoir plus sur la méditation zen c’est sur cette page ,pour les détails pratiques c’est ici

Si vous désirez plus de renseignements vous pouvez me contacter au 06 52 85 66 94 à partir de 18 h 30 le soir. L’adresse du jardin de la Vision Pure est 14 avenue Jacques Auneau – 44300 Nantes.

 

Pour bien commencer les méditations hebdomadaires je vous livre cette histoire zen :

Deux moines étaient en grande discussion devant la bannière du monastère qui flottait au vent du soir.
Drapeaux prièresNB
Le premier disait :
– C’est la bannière qui bouge !- Mais non c’est bien sûr le vent qui bouge
répondait le deuxième.

Le ton montait entre les deux moines, chacun étant sûr que son point de vue était le bon.

Hui-Neng,  passant par là s’approcha d’eux et dit :
– Ce n’est ni la bannière, ni le vent qui bougent…
C’est votre esprit qui bouge !

Les deux moines se prosternèrent devant le maître.

Les mains jointes

Sceau Anshu 70 pxHenri